La cueillette de champignons sauvages

Bien que la neige ait déjà recouvert les champignons au moment où je publie ceci sur ma page, ce premier billet depuis fort longtemps a été publié sur le site de Maski Québec en septembre dernier; sur une page offerte aux "blogueurs" de la région de Maskinongé, la région où j'habite maintenant. Cela a été pour moi la découverte d'un outil de communication sous-utilisé! Me voici donc de retour!

Il fait un temps magnifique, une belle journée d'été en cette veille d’automne au Parc des chutes de Sainte-Ursule, MRC de Maskinongé. Nous sommes plus de cent personnes ; des petites familles, des couples, des ami-es, des personnes seules, tous plein sourire, panier à la main, prêts à cueillir des champignons. Parmi nous, des néophytes, des plus connaissant, peut-être même des experts, nous sommes tous là pour partager soit un intérêt naissant, soit une passion : Les champignons ! Il y a ceux et celles, comme moi, qui ont, en plus du panier sous le bras, leur belle caméra ! Le décor se prête agréablement bien à l'expression de sa passion, quelle qu’elle soit !

L'activité s’inscrit dans le cadre du programme estival de l’Empreinte jardin-forêt et elle est animée par Emmanuelle Caya, guide-mycologue. Après la présentation de l’animatrice et les remerciements d’usage, madame Caya nous entretient de sa propre passion qui a fait naître « une éco entreprise innovante dans la culture sous couvert forestier de champignons sauvages ». L’entreprise est située en Mauricie.


La courte présentation nous permet d’abord d’intégrer des règles de sécurité de base ; de la façon de manipuler le couteau qui servira à couper les champignons à une notion élémentaire : ne jamais manger un champignon sans l'avoir identifié. C’est qu’il y en a des mortels ! Bon, à Sainte-Ursule, lors de l’identification des espèces recueillies, il ne semble pas que le mot mortel ait raisonné sous le porche… Si tel était le cas, il me semble que nous aurions entendu un grand ahhhhh !

Ainsi, lors de la mini-conférence, nous apprenions d'entrée de jeu qu’il y a environ 5000 espèces de champignons. Seulement (!) 3000 au Québec dont 400 variétés seraient comestibles !

Dans un ordre pratico-pratique, sécurité avant tout, il faut savoir que toucher les champignons est sans danger. Même si certains ne sont pas comestibles, c'est lors de l’ingestion que cela peut causer des problèmes ou des désagréments. Par contre, si tous les champignons sont mis dans le même panier et qu'ils sont un peu trop brassés, il n’est pas recommandé de les manger car une particule d'une espèce poison pourrait s’être logée (sans que nous la voyions) sous une lamelle d'un bon champignon et provoquer des effets nocifs si ce dernier est consommé. D’où, l'enseignement de madame Caya, de séparer les variétés dans des sacs de papier brun. Pourquoi pas des sacs de plastique… ? Pour permettre aux champignons de respirer.

Oui, ils doivent respirer car ce sont des organismes vivants. Ils ont leur règne propre à eux, ils font parti du règne fongique nous dit madame Caya :

« Le champignon est vivant. Il naît, se développe, se reproduit et meurt. »

« Le rôle joué par le champignon en est un de décomposition. Il digère la matière organique et permet ainsi aux éléments nutritifs de retourner à la terre. »

Notre conférencière résume ensuite leur rôle ainsi que les différentes catégories, où les trouver et leur comestibilité.

Après que tout ce beau monde s'en soit donné à cœur joie dans la forêt autour des magnifiques chutes du parc de Sainte-Ursule, autour des tables regorgeantes de l'abondante cueillette des amateurs, madame Caya a procédé à l'identification des espèces tout en commentant la qualité de celles-ci, ils auraient beau être comestibles, leur couleur et leur texture vont en dire beaucoup sur leur degré de maturité et il se peut qu'ils soient « passés date » !

Madame Caya réfère les intéressés à différentes adresses internet :

  • Filière mycologique de la Mauricie : www.mycomauricie.com

  • Cercle de mycologie de Lanaudière et de la Mauricie : www.mycolanauricie.ca

  • Myco Québec : www.mycoquebec.org

Et quelques livres :

  • Champignons comestibles du Québec, les connaître, les déguster (Jean Després)

  • Connaître, cueillir et cuisiner les champignons sauvages du Québec (Mathieu Ricard et Yves L’amoureux)

  • Le grand livre des champignons du Québec et de l’est du Canada (Raymond Mc Neil)

  • Champignons comestibles de la Mauricie, habitats (Fernand Miron)

Ce fût un merveilleux après midi de septembre où j'ai compris une chose : je ne deviendrai pas experte en champignons ! Mais pour les passionnés de recherches, … des heures captivantes vous attendent…


Bonne cueillette, bonne recherche et bonne dégustation à tous !

Même si ça ne sera que l'été prochain !


Publications antérieures
Publications récentes
Archive
Suivez-moi sur...
  • Facebook Basic Square